Le principe du Puzzle

05/04/2021

J'ai toujours fonctionné selon le principe du puzzle, qui concentre l'attention sur les détails...Et, qui partant d'eux, permet petit petit, d'accéder à un ensemble...

Enfant, je découpais les images des livres ou les mémorisais lorsque c'était interdit! Ado, je découpais les magazines et collectionnait images et citations sur mes thèmes de prédilection, que je classais soigneusement pour m'en servir de sources d'inspiration...

C'était bien entendu avant internet et son avalanche d'informations, qui, bien choisies, sont autant de trésors...

Ma pratique artistique du travail sur cuir en autodidacte est l'application et l'aboutissement même de ce fonctionnement...Sans règles, (juste quelques contraintes évidentes de base bien sûr), avec un champ des possibles qui donne une liberté rare...toujours en quête de différent et d'unique... 

Le puzzle en effet s'impose à moi comme fonctionnement créatif par recherche, association d'images, assemblage...

Et voici en exemple l'une des pièces maîtresses du puzzle qui m'a permis de constituer "Hedera"...

L'idée du portrait étant posée dès le départ, celui-ci a été rapidement obtenu, moi qui ne dessine pas du tout à main levée, grâce à une application qui me permet de donner corps à mes idées sans l'intervention à ce stade malhabile de mon crayon...

Mais il lui fallait un plus, une étrangeté, pour le rendre intéressant, et ne pas produire un portrait parmi tant d'autres...Et la bizarrerie je l'avais trouvée quelques temps plus tôt dans le détail d'une photo des jardins du Clos Lucé à Amboise, qui abrite un musée Léonard de Vinci...L'un de ses fameux portraits reproduit sur toile géante, celui de Ginevra Da Benci, y trône sur plusieurs mètres au milieu de la verdure...et le hasard a voulu que cette photo ait été prise sous un angle plaçant la belle juste derrière une branche de saule pleureur dont une ramure dépouillée vient "griffer" la joue...

Alors...Tatouage, veines, rides, larmes, craquelures de vernis, racines ou rinceaux de plantes...On peut prêter tous les symboles à cette incongruité qui vient donner un sens complètement différent au visage...Car il ne s'agissait pas pour moi de reproduire la Ginevra, je me suis déjà essayée à la reproduction d'oeuvre, et mon but n'était pas tel sur ce tableau...La reproduction résidait juste dans cette rature verticale, ce détail infime auquel d'autres n'auraient pas prêté attention, ou qu'ils auraient occulté spontanément dans l'image d'origine...

Et c'est sans aucun doute ce détail qui a le plus d'importance pour moi dans "Hedera"...

« Les détails font la perfection et la perfection n'est pas un détail »
Léonard de Vinci